Deux offres d’emploi permettent à Sarkis de se rapatrier en Arménie

Sarkis Keshichian, psychologue accompli, n’avait qu’un objectif en tête lorsqu’il est venu pour la première fois en Arménie depuis le Liban en 2019, trouver un emploi pour s’y rapatrier. Bien que sa tentative ne fusse pas un succès, le dernier jour de sa visite posait les bases de meilleures perspectives. Il découvrait alors l’existence d’Armenian Volunteer Corps, juste avant de retourner à Beyrouth, et en 2021, il prit la décision de retourner en Arménie en tant que volontaire pour AVC. Deux mois et deux offres d’emplois plus tard, l’objectif vieux de deux ans de Sarkis devenait une réalité.

Être bénévole a toujours été important aux yeux de Sarkis. « C’est un moyen d’entrer en contact avec des gens et de contribuer à la croissance de l’Arménie, tout en créant une meilleure version de moi même personnellement et professionnellement » dit-il.

Dès son arrivée en septembre, AVC a organisé, spécialement à son intention, le placement de Sarkis à l’Université Européenne d’Arménie et auprès de Frontline Therapists. A l’Université, Sarkis a enseigné la psychologie aux étudiants de premier cycle. Un mois plus tard, l’Université lui offrait un emploi pour enseigner aussi la psychologie à des étudiants de second cycle. Sarkis a accepté cette offre.

Frontline Therapists, au sein duquel se trouvait le second poste de bénévole de Sarkis, a été créé à la suite de la guerre d’Artsakh de 2020 pour aider les soldats à recouvrer leur santé mentale. Initialement, Sarkis est allé de département en département à l’Hôpital Clinique Militaire Central afin de mieux comprendre les besoins de ceux affectés par la guerre. Il a alors travaillé en tête à tête avec 40 soldats, essayant de les soutenir au travers de leur besoins en termes de santé mentale. Son expérience a eu pour résultat une seconde offre d’emploi. Désormais il travaillera systématiquement avec les soldats, fournissant des soins préventifs pour s’assurer que chacun dispose des outils nécessaires en cas de traumas mentaux. 

Avec deux offres en main, Sarkis trace la voie de son propre futur au sein de sa patrie. L’approche de Sarkis de la psychologie est plus préventive que diagnostique. Dans le futur, il prévoit d’établir une institution qui promouvra la connaissance de soi et le développement personnel en Arménie, incitera les gens à mettre davantage l’accent sur l’importance de la santé mentale, et les empêchera de faire l’expérience de traumas psychologiques. 

12/23/2021